0
Homélies paroissiales
Homélie du 21 janvier 2024 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU
Homélie du 21 janvier 2024 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU
© a

| Webmaster 11751 mots

Homélie du 21 janvier 2024 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU

HOMÉLIE

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Bonne fête aux Agnès en ce jour ! Savez-vous quel personnage historique célèbre est mort aujourd’hui 21 janvier ? ça commence par la lettre « L » ? Et plus précisément il y a exactement 100 ans aujourd’hui ? Le 21 janvier 1924 ? Et non, Louis XVI c’était en 1793, et il y a 100 ans c’était donc ? Lénine ! Ne vous inquiétez pas, je ne le porte pas dans mon cœur… Je suis plutôt intrigué et curieux de connaître le mécanisme historico-politique, social et psychologique qui a permis à un homme comme lui et à son idéologie de prendre le pouvoir et de détruire autant de vies humaines, de glorifier le mensonge et qui arrive à être regretté par certains encore aujourd’hui !!! Mystère du mal et du mensonge… Et justement, notre foi chrétienne doit nous aiguiller et nous aider à débusquer les pièges et les illusions, pour demeurer dans la vérité, sous le regard de Dieu qui nous appelle à la vie, en suivant Jésus qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie ». Voyons cela ensemble chers amis : Ce qui demeure, ce qui doit changer et la vérité de l’amour. 

1/ Ce qui demeure

Nous sommes bien souvent accablés dans nos vies ou par télé interposée, à travers les médias, par la puissance du mal, du mensonge, de la barbarie, jusque dans notre cœur et notre expérience du péché parfois décourageante voire désespérante ! Nous pouvons avoir parfois le sentiment d’être submergé par le mal, par les problèmes et les ennuis, comme dans un cycle infernal et mortifère, prisonnier comme dans un tunnel sans issu… On a l’impression que le mal est presque aussi fort voire plus fort que le bien…

On pourrait même être tenté par le manichéisme !! une hérésie (une erreur de foi, une erreur sur Dieu), avec la secte des manichéens : quand on croit que les forces du bien et du mal sont égales… c’est passer dans le langage courant (c’est manquer de nuance : tout bien ou tout mal).

Mais non ! Nous sommes chrétiens, fidèles de Jésus Christ et nous croyons et professons que Dieu est Amour, que Dieu est toute bonté, qu’Il est tout bien, qu’il est éternel et vainqueur du mal. Nous croyons que Dieu seul est éternel et qu’il est largement supérieur au mal ! Et que ce qui est divin est éternel : l’Amour, le vrai, le bien, le beau !

Alors que le mal, lui, est passager et temporaire, et même si on a des difficultés à le voir, il faut le croire car Jésus et les Ecritures nous le disent.

« Il passe ce monde tel que nous le voyons » nous dit St Paul. Oui, il passe ce monde, avec son mal, son péché, la souffrance et la mort. Oui, tout cela passe. Dieu seul est éternel. Dieu seul demeure. Dieu seul est ce Roc sur lequel on peut s’appuyer. De Dieu seul vient la force pour lutter contre le mal. Mais encore faut-il être humble et petit pour le voir et le croire : « Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin » dit le Psaume.

Et pour être humble, il faut se laisser regarder en vérité par Jésus. Non pas en mettant un masque ou un jouant un personnage ou en se mentant à soi-même, mais se laisser regarder en vérité par Jésus, tel qu’on est, avec ses fragilités, ses limites, ses faiblesses. Notre monde avec tous ses écrans, selfies, réseaux sociaux se ment à lui-même et joue un rôle, un personnage en restant dans le superficiel et l’artificiel. Le personnage s’affiche mais la personne s’efface. Alors qu’il faut vivre et être vraiment sous le regard de Dieu qui m’aime, et non pas survivre à travers ce que je fais et les « like » qui sont vides… Simon et André, Jacques et Jean se laissent regarder par Jésus, ils se laissent aimer en vérité par Jésus et ils le suivent. « Jésus les appela… Ils partirent à sa suite ».

Faire l’expérience de l’amour de Dieu qui me regarde, qui me touche, qui m’appelle, change tout… regardez la série The Chosen : c’est assez bouleversant ! Dieu et son amour demeurent. Ils ne changent pas ! 

2/ Ce qui doit changer : c’est le cœur, notre cœur pour vivre une révolution du cœur !

Dieu demeure. Il est éternel et immuable.

Et nous, nous devons changer et nous tourner vers Dieu. C’est ça la vraie révolution qui changera le monde ! La révolution du cœur ! C’est là la véritable libération : la libération intérieure quand l’amour de Dieu nous touche, nous guérit, nous soigne, nous relève, nous sauve. Ceux qui réforment vraiment l’Eglise et qui changent profondément le monde ce sont les saints, c’est-à-dire des pécheurs pardonnés, des pauvres qui se laissent aimer par Dieu !

Tout est question et affaire de confiance et de foi : est-ce que je laisse Jésus soigner et guérir mes blessures ? Est-ce que je laisse de la place à Jésus dans ma vie ? Est-ce que je me laisse aimer ? Est-ce que je l’écoute et me laisse appeler par Jésus ?

Vous savez : les apôtres et les disciples ne sont pas dit en croisant Jésus : je suis trop nul pour lui dire « oui » et le suivre ! Non ! ils se sont laissés appeler, ils se sont laisser toucher par Jésus.  Et ils ont cheminé avec Jésus. Avec des hauts et des bas mais ils ont marché et avancé… Car ils ont fait l’expérience de la miséricorde de Dieu. En même temps qu’être appelé, ils ont fait l’expérience d’être pardonné et d’être envoyé. Les 3 vont ensemble : appelé, pardonné et envoyé. Un même mouvement, une même dynamique : celle de la conversion et elle est pour tous !

Je vous le demande comme un père : méfiez-vous des imposteurs et des charlatans qui vous mentent : tous ces idéologues comme Lénine et bien d’autres, tous ces magiciens, tous ces vendeurs de rêve qui maintiennent dans l’illusion et le mensonge ! Lui Jésus, il fait ce qu’il dit. Il est réaliste. Il réalise ce qu’il dit. Il donne sa vie par amour. Ce n’est pas un idéologue. Et il continue de le faire dans les sacrements qui sont une puissance de vie où il fait ce qu’il dit et continue de nous donner sa vie, son corps et son sang. C’est ça la vérité de l’amour qui se donne et qui pardonne, et c’est là que nous sommes sauvés car libérés parce qu’aimés !

Comme le disait George Orwell : « En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ». La vérité c’est l’amour de Dieu dans le Christ. Chers amis, n’ayons pas peur de vivre vraiment cette révolution du cœur, cette révolution de l’amour. 

3/ La vérité de l’amour

La vérité de l’amour n’est pas une idée mais elle se vit, ou plutôt elle se reçoit et elle se donne.

Pas besoin de grandes théories ou de grands concepts mais aimer c’est donner et se donner soi-même. C’est donner et aimer comme le Christ sur la croix pour vivre la joie de la résurrection.

Parfois dans nos expériences du mal et des ténèbres, pris dans le tunnel, on n’arrive plus à voir, à écouter, à croire, à aimer. Alors regardons Jésus qui s’est donné par amour pour chacun de nous. C’est la lumière qui brille. Il faut la chercher cette lumière, car discrète, cachée mais bien là ! La voir avec le cœur et elle illumine tout le reste. C’est la vraie révolution de l’amour qui éclaire les ténèbres, même les pires ! et ça change tout ! Et je vous donne un exemple marquant, pour terminer.

Il y a 2 semaines, nous étions en pèlerinage, entre prêtres, en Pologne et nous sommes passés par le camp d’Auschwitz, lieu de ténèbres et de nuit s’il en est ! 1,3 millions de morts en 4 ans. Au cœur de cette barbarie fanatique et de cette cruauté inhumaine, nous sommes passés voir le cachot de St Maximilien-Marie Kolbe où il y a un cierge allumé, au cœur de ce cachot, là où il est mort le 14 août 1941. C’est dans ce cachot qu’il a accompagné ses 9 compagnons condamnés à mourir de faim, en priant avec eux et pour eux, en chantant les louanges du Seigneur, en pardonnant à ses geôliers. Prêtre franciscain, il avait pris la place d’un des 10 condamnés à mort qui était père de famille, afin qu’il survive et que lui meurt à sa place en donnant sa vie pour lui, comme le Christ. Au cœur des ténèbres, il y a eu ce don d’amour qui a éclairé la nuit. Cela n’a pas de prix. Cela est éternel. C’est l’amour de Dieu en acte et en vérité.

Un peu comme le témoignage de cette jeune femme, juste baptisée, qui a été sauvée par Arnaud Beltrame, qui a pris sa place d’otage, pour donner sa vie comme le Christ, par amour, pour qu’elle vive.

« Qui veut sauver sa vie la perdra mais qui donne sa vie à cause de moi la gardera pour la vie éternelle » nous dit Jésus. La révolution et la vérité de l’amour nous poussent à donner notre vie par amour comme Jésus.

 

Demandons à la Vierge Marie, refuge des pécheurs, de nous aider à nous laisser aimer par Jésus, à nous laisser regarder sans peur pour goûter cette puissance de l’amour qui nous introduit déjà dans la vie éternelle ; vie éternelle qui nous est donnée maintenant dans la communion d’amour à son Fils sur l’autel, dans la messe.

Je Vous salue Marie.jpg
Je Vous salue Marie.jpg © a
Je Vous salue Marie.jpg

Ste Agnès, priez pour nous.

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +

 


 


LECTURES DE LA MESSE

 

Lectures de ce dimanche


 

Saint du jour avec

Répondre à () :


Captcha