0
Homélies paroissiales
Homélie du 17 décembre 2023 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
Homélie du 17 décembre 2023 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
© a

| Webmaster 8884 mots

Homélie du 17 décembre 2023 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau

HOMÉLIE

Frères et sœurs confions nous à la Vierge Marie

Je Vous salue Marie.jpg
Je Vous salue Marie.jpg © a
Je Vous salue Marie.jpg

Nous entrons dans la troisième étape de notre marche vers l’étable de Bethléem. Jean Baptiste nous accompagne en ce jour avec une triple invitation : entrer dans la joie de l’attente et de l’espérance, la joie d’accueillir le Messie-Sauveur, la joie de la mission accomplie en rendant témoignage à la Lumière.

Jean Baptiste est le prophète qui annonce et proclame la venue du Messie-Sauveur. Prophète de la lumière qui va briller dans les ténèbres, Jean Baptiste est témoin de cette lumière d’un monde gouverné par le Principe de Lumière. Jean le Précurseur nous aide à renouveler notre rencontre avec le Christ et nous appelle à vivre en vrais témoins pour servir la vérité, la justice et la liberté. Notre réponse à l’appel de Dieu est source de notre joie pour fêter Dieu qui, en son Fils Jésus, le Messie, s’est fait proche de nous. Notre joie est grande et paisible car nous avons la certitude que Celui qui est venu dans l’humilité de la crèche, viendra dans la gloire au dernier Jour.

Il est venu ; Il reviendra. Nous sommes donc entre les deux avènements du Christ. Déjà venu à Noël, il reviendra à la fin des temps remettre entre les mains du Père l’humanité réconciliée et rassemblée en lui.  Notre joie est grande parce que Dieu continue de visiter le cœur des hommes qui se tournent vers lui. En son Fils Jésus, il continue de visiter ceux qui se mettent à l’écoute de sa Parole et ceux qui implorent le secours de sa grâce, notamment par la prière et les sacrements.

Notre joie est donc d’abord et avant tout, celle de sa présence, cachée certes, mais bien réelle au plus profond de nos cœurs. Nous l’avons entendu dans la 1ère lecture du prophète Isaïe : "L’Esprit du Seigneur est sur moi "parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction …". Dans la 2ème lecture, Saint Paul nous exhorte à "être toujours dans la joie, à prier sans relâche, à rendre grâce en toute circonstance". Il ajoute avec insistance : "C’est ce que j’attends de vous dans le Christ Jésus. N’éteignez pas l’Esprit."  C’est le meilleur vaccin contre la tristesse et la désespérance diffuser quotidiennement par la presse médiatico-politique ...

Frères et sœurs, le Christ attend de nous aujourd’hui que nous soyons porteurs de la joie de l’Evangile de la vie, de l’amour et de l’espérance.

Bien sûr, aussi longtemps que nous marchons dans la nuit de ce monde, nous ne percevons pas encore pleinement la présence du Christ. Nous risquons de nous égarer dans le labyrinthe de la confusion entre le bien et le mal, éblouis par les lumières artificielles des écrans et réseaux sociaux. Nous risquons de nous égarer dans les distractions éphémères que nous offrent les multiples miroirs aux alouettes de notre culture de l’argent et du chacun pour soi.

 Heureusement, pour mener notre barque entre les récifs de cette confusion, dans une actualité marquée par la peur, Jésus le Christ déjà venu parmi nous, nous a laissé une boussole et une carte : l’Esprit Saint et sa Parole. D’où l’exhortation de Saint Paul : "N’éteignez pas l’Esprit […] discernez la valeur de toute chose, gardant ce qui est bien, vous éloignant de tout ce qui porte la trace du mal".

Le Christ attend de nous que nous soyons comme Jean Baptiste le précurseur du Messie rendant témoignage à la Lumière. Comme Jean Baptiste se retirant au désert, nous devons consentir à quitter les fausses sécurités et même notre petit confort pour sortir afin de discerner la "Lumière" qui pointe dans la nuit de Bethléem et dans les ténèbres du monde.

Frères et sœurs, puissiez-vous percevoir aujourd’hui cette lumière en discernant la vraie valeur de toute chose et selon les paroles de l’apôtre Paul, en "gardant parfaits et sans reproche notre esprit, notre âme et notre corps." Le Seigneur attend de nous que nous soyons des porteurs de joie et de lumière. Comme au moment de sa naissance en notre monde, il n’y aura pas de couvre feux dans la nuit de Noël car c’est la nuit de l’espérance et de la lumière. Que le chant des Anges au-dessus de la grotte de Bethléem : “Paix sur la terre aux hommes qu’Il aime”, puisse faire refleurir l’espérance dans notre actualité qui a tant besoin de consolation, de sécurité et de cette joie profonde qui naît de la rencontre avec le Christ qui vient transformer notre vie.

Avec notre fragilité et notre petitesse, nous sommes appelés à témoigner que l’histoire est un chemin de croix qui devient un chemin de Lumière lorsque nous avons la force de fixer le regard sur la Lumière naissante de l’Enfant Jésus.

Avec Marie et Joseph, entrons dans le silence pour que grandisse en nous la joie de croire et le bonheur de partager notre joie de vivre en Christ. La joie chrétienne jaillit dans le cœur de celui qui rend grâce à Dieu en lui disant merci pour l’amour que le Seigneur nous manifeste en chaque Eucharistie.

Prions le Saint Esprit. Qu’il fasse grandir en nous la joie d’accueillir le Christ qui veut faire de nous des disciples missionnaires capable de témoigner courageusement de l’Evangile de la Vie et de l’Amour, de la paix et de l’espérance.

Amen ! …

Abbé Jean-Yves Poulailleau


 


LECTURES DE LA MESSE

 

Lectures de ce dimanche


 

Saint du jour avec

Répondre à () :


Captcha