La Société Saint-Vincent-de-Paul

“ Les pauvres sont nos maîtres »   Monsieur Vincent

Groupe Guides et Scouts d'Europe de Luçon

Saint Vincent de Paul dans la chapelle de l’hôpital

Photo du (26 juin 1949) où on aperçoit quelques sœurs de saint Vincent de Paul, avec leur célèbre cornette devant la cathédrale lors du passage à Luçon du cardinal Roncalli, futur Jean XXIII.

Saint-Vincent-de-Paul revient à Luçon !

L’association, la Société Saint-Vincent-de Paul (SSVP) existe depuis 191 ans, en 1833 elle a été créée par Frédéric Ozanam (béatifié par le pape Saint Jean-Paul II) avec des étudiants qui visitaient à domicile des personnes démunies.  Aujourd’hui ce mouvement chrétien de laïcs regroupe des hommes et des femmes, jeunes et anciens, touchés par le service du pauvre. Chacun peut y vivre sa foi dans l’action, en posant un regard bienveillant, et fraternel sur les pauvres que Saint Vincent de Paul nommait « nos maîtres ».
En Vendée la première conférence (1) fut créée en 1847 aux Sables d’Olonne,  puis 1859 à Fontenay Le Comte, puis La Roche sur Yon et récemment à Challans. Il ne manquait plus que Luçon pour étendre la mission voulue par Saint Vincent de Paul.
Il faut noter que cette belle mission fut remplie pendant de nombreuses années dans notre cité par des femmes (dont certaines sont encore à nos côtés et d’autres dans nos cœurs).
Un extrait des archives des Filles de la Charité (visites des supérieures) datant de 1958 précise « Visite des pauvres : elles sont assurées par les Sœurs de la Miséricorde en général sur la Paroisse et la Cathédrale. Deux Filles de la Charité visitent 2 ou 3 pauvres tous les jours. ». Deux  associations féminines sont également mentionnées : les Dames de la Charité (ancien nom des Equipes Saint-Vincent) et les filles de Louise de Marillac (nommées les Louises). La présence de l’association  « les Enfants de Marie » est aussi citée, il s’agit d’une œuvre pour les adolescentes de milieu populaire.
Les équipes féminines de saint Vincent de Paul visiteront les malades jusqu’à la mise en place du Service Evangélique des Malades (SEM) sur la paroisse dans les années 1980.
Les « Louises » de Marillac ont également beaucoup œuvré : en visitant des personnes, en proposant des distributions de colis, en organisant  de célébrations et des sorties spirituelles à Mervent et à Lisieux.

La présence à Luçon des congrégations Vincentiennes  constitue aussi  une longue et belle histoire. Elle a été initiée par notre illustre évêque Mgr Richelieu en missionnant sur le diocèse les premiers Lazaristes en 1638 (cf chronologie). Le passage à Luçon annoncé de Monsieur Vincent (tel que se nommait Saint Vincent de Paul lui-même) dans une de ses lettres, aurait eu lieu au début du mois de mai 1649. L’arrivée des premières Filles de la Charité, hospitalières datant de 1679. Cette communauté religieuse porta de nombreuses années le développement de l’hospice, de l’orphelinat, puis se vinrent confier la gestion du nouvel hôpital, lors de sa création par Louis XIV en 1679 (2). Après avoir été écartées à la révolution française, les sœurs reviendront à l’hôpital de Luçon en Chirurgie,  à l’Hospice et toujours auprès des orphelins. Les sœurs ouvrent la première école maternelle de Luçon au XIX éme siècle. Leur parcours à Luçon pris fin en janvier 1969. De nombreux éloges furent prononcés  par les autorités lors de leur départ  « nous exprimons notre regret de votre départ, mais aussi au nom de beaucoup une profonde reconnaissance ». L’Aumônier de l’hôpital de préciser « Cette souffrance, variée, multiple, laide, harassante, la petite Sœur la prend, la présente à Dieu et aide le malade à s’en servir : à l’offrir à Dieu… combien au ciel vous doivent leur bonheur ! ».

La volonté de créer une association (conférence) de la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Luçon s’inscrit dans cet esprit de Monsieur Vincent.

Notre souhait n’est pas  dupliquer  ce qui existe et fonctionne déjà à Luçon. Ce qui nous caractérise ce n’est pas une action particulière, mais notre présence aux cotés des personnes. « Etre présent tout simplement », un engagement fondé sur la rencontre et l’écoute, pour établir des relations de confiance et de fraternité entre bénévoles et les personnes aidées. L’aide alimentaire est souvent le lieu d’une rencontre avec celui qui manque de tout. C’est pourquoi les conférences de Saint-Vincent-de-Paul répondent à cet appel en cherchant toujours à créer un lien d’amitié avec la personne à qui cette aide est destinée, ne serait-ce qu’en portant un colis alimentaire à domicile, première étape, parfois, d’une longue série de visites à domicile !
Pour Noël 2024, nous envisageons de porter chez des personnes isolées des colis, si cela vous tente rejoignez-nous.

(1) C’est sous ce nom que la première équipe de bénévoles a été créée par Fréderic Ozanam à Paris, cette appellation venait des Étudiants à la Sorbonne qui se regroupaient en conférences autour d’un sujet pour y réfléchir, comme les Conférences sur la Charité.

(2) Lettre autographe écrite sur un parchemin scellé du sceau royal, conservée aux archives de l’hôpital de Luçon.

Chronologie de la présence Vincentienne à Luçon


1638                  Richelieu passe contrat avec les Lazaristes en vue de missions sur le diocèse de Luçon quatre fois par an
1642                  Mgr Pierre Nivelle, évêque de Luçon, écrit à Monsieur Vincent (Saint Vincent de Paul) pour le remercier « des fruits notables » des Lazaristes sur son diocèse

28 avril 1649    Monsieur Vincent écrit à Louise de Marillac son intention de « partir de Nantes vers Luçon avant de revenir à Richelieu »

15 mars et 27 septembre 1660 mort respectivement de Louise de Marillac et de Vincent de Paul

3 juin 1663       Achat par les Capucins de deux maisons pour loger des sœurs Filles de la Charité
22 juillet 1673  Mgr de Barrillon signe un contrat avec les Filles de la Charité pour l’entretien de 2 religieuses, puis 4 en 1683, un accord précisant l’étendu de leur action. En 1697 l’effectif passe à 6 sœurs, puis 7 en 1715 puis une 8 iéme sœur en 1721 qui sera en charge des orphelins

1765 construction du pavillon Saint Cosme pour les pauvres situé à proximité de la chapelle de l’hôpital par Mgr Jacquemet nommé par les Filles de Monsieur Vncent « père et bienfaiteur des pauvres »

21 avril 1679       Lettre de Louis XIV entérinant la création de l’Hôpital de Luçon qui sera confié aux Filles de la Charité

17 septembre 1791 l’administration de l’hôpital est retirée aux sœurs au profit de l’Eveque constitutionnel

20 mars 1794 suite au refus des Filles de la Charité de prêter serment à la constitution, elles sont déchues de toute fonction et pension. Le 18 avril 1794 elles sont arrêtées, on perd la trace des sœurs sur Luçon, certains pensent qu’elles se sont faite discrète et étaient présentes.

En 1805 on trouve le retour de 3 sœurs sur l’hôpital, en 1818, les statistiques hospitalières notent la présence de 6 sœurs hospitalières, il est fait mention de dix sœurs dans les années suivantes.
En 1929, 10 Filles de la Charité œuvraient à l’hôpital, une note précise la moyenne annuelle des visites faites aux pauvres : 1 550.

Fin 1968, début 1969 départ des 6 dernières Filles de la Charité de Luçon

Après le départ des sœurs de Luçon, Les filles de Louise de Marillac poursuivront l’action auprès des personnes isolées en organisant entre autre des distributions de colis et des sorties régulières à Mervent et à Lisieux.

Après la seconde guerre mondiale, une association nommée les Dames de la Charité se constitue, elle  prendra en 1968 le mon d’équipe saint Vincent de Paul et sera active jusqu’aux années 80.

 

.